AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS, RÉPONDONS ENSEMBLE À L’URGENCE DE LA SOLIDARITÉ

play
president

Jean-Baptiste Favatier, Président de l’Ordre de Malte France

COVID-19* - Dernière mise à jour 10/11/20 00:25

07.04.2020 à 07H10

Assurer la continuité des soins des plus fragiles

Certaines de nos actions sont moins visibles, mais elles sont toutes aussi importantes. L’unité de secourisme de Clermont-Ferrand, composée de 23 bénévoles, s’est par exemple réorganisée depuis la semaine dernière pour assurer des livraisons de médicaments à domicile pour les personnes qui ne peuvent aller en pharmacie.

A situation sanitaire exceptionnelle, réponses exceptionnelles ! Nos bénévoles secouristes ne comptent ni leur énergie ni leurs heures pour prêter main forte aux personnels soignants et sauver un maximum de vies. Aidez-nous à être là où l’urgence nous appelle, grâce à votre don.  

 

04.04.2020 à 11H00

La vie continue dans nos maisons d'accueil spécialisées

Avec la crise sanitaire, la vie dans nos établissements a été bouleversée. La Maison Notre-Dame de Philerme (Sallanches - 74), spécialisée dans l’accueil et l’accompagnement de personnes adultes atteintes d’autisme, nous partage quelques nouvelles. Anticipation et adaptation sont plus que jamais les mots d’ordre !

Une mise en place progressive des directives nationales

Les directives nationales ont été mises en place par étape : suspension de l’accueil temporaire d’abord, puis de l’accueil de jour, et enfin confinement (modification des activités, sorties extérieures limitées à 2 puis 1 km…). La vie est recentrée sur trois lieux : les appartements, les salles d’activités et la cour extérieure (sport). Les résidents sont regroupés par appartements – toujours les mêmes – et restent avec le même professionnel toute la journée. Les règles d’hygiène sont bien sûr respectées. Tous les matins, les personnels se désinfectent les mains, enfilent un masque, prennent leur température, et mettent des gants pour les soins et la toilette.

Le lien indispensable avec les familles

La moitié des résidents sont retournés chez leurs parents. Le lien est maintenu par des mails, des visioconférences et des appels téléphoniques plusieurs fois par semaine, pour des conseils, des suggestions d’activités, du soutien psychologiques, éducatif et médical si besoin. Les autres familles ont fait le choix de laisser leur enfant dans l’établissement, sans possibilité de retour ou de visites le weekend durant toute la période du confinement. Elles sont, elles aussi, contactées régulièrement pour des nouvelles et des photos leur sont envoyées.

Une vie quotidienne bouleversée

« Il a fallu modifier toutes les activités, explique Loïc Surget, directeur de la Maison Notre Dame de Philerme. La psychologue a fait un gros travail avec toute l’équipe sur la communication, pour établir de nouveaux programmes, pictogrammes, agendas et éphémérides. Nos professionnels ont pris le temps de bien expliquer aux résidents tous les changements, pour anticiper de possibles troubles du comportement ou régressions. Je remarque une fois de plus leurs vraies capacités d’adaptation, tout se passe bien pour le moment ». Cette période est l’occasion d’innover, de participer plus à la vie de la Maison (jardinage, tri et pliage du linge, nettoyage des véhicules…) ou encore de (re)découvrir de nouvelles activités : gymnastique douce, atelier esthétique, théâtre adapté, jeux, roller, trottinette, trampoline, etc.  

 

03.04.2020 à 13H00

Train sanitaire : « Donner le meilleur de nous-mêmes, pour eux »

Roch, 19 ans, bénévole secouriste à l’Ordre de Malte France et brancardier, était dans le TGV médicalisé qui a convoyé ce mercredi les malades du Covid-19 vers les hôpitaux bretons. 

Son portrait et le résumé de sa journée ici, dans le Télégramme : https://www.letelegramme.fr/dossiers/larrivee-des-trains-covid-19-en-bretagne/train-sanitaire-roch-19-ans-un-brancardier-au-coeur-du-dispositif-01-04-2020-12534537.php

Nos brancardiers portent les malades les plus fragiles, portez leur action avec un don.

01.04.2020 à 13H35

Un formidable élan de solidarité s’est levé : pour prendre soin des plus fragiles, soutenez-le vous aussi !

Vous le savez, la pandémie de Covid-19 et le nombre de personnes touchées se sont encore aggravés ces derniers jours. Les sans-abri sont les premières victimes collatérales du coronavirus. A l’Ordre de Malte France, grâce à la mobilisation de nos bénévoles, nous maintenons notamment nos maraudes afin de leur apporter des repas, des kits d’hygiène et de soin. Toutes les formes de solidarité sont aujourd’hui nécessaires pour faire face à la crise : l’engagement bénévole, comme nous le rapporte Tanguy de Parcevaux, délégué dans le 15ème arrondissement, mais aussi votre don. Par exemple, avec un don de 150€ (soit 37,50€ après déduction fiscale), vous rendez possible 3 jours de maraudes.

Je fais un don d’urgence

Témoignage de Tanguy de Parcevaux, délégué de Paris XV :

« Le lundi précédant le confinement, à la demande des autorités, nos maraudes habituelles dans le cadre du SAMU Social 75, ont été stoppées. Etant donné la gravité de la situation, nous avons décidé en accord avec les autorités de faire une maraude test le mercredi 18 mars. Nous avons réalisé que, tout s’étant arrêté, les personnes de la rue avaient faim et que nous devions adapter notre activité habituelle. Dès le dimanche suivant, nous avons mis en place une maraude alimentaire quotidienne véhiculée, puis deux à partir du lundi suivant (départ à 9h et à 18h). Avec l’aide des commerçants de proximité, nous récupérons tous les jours les invendus. Des entreprises de l’alimentaire nous ont même expédié gratuitement des centaines de sandwichs ! Nous stockons ces denrées dans les frigidaires mis à notre disposition par la Mairie du XVème. La générosité de nos bienfaiteurs est telle que nous avons pu en faire bénéficier d’autres activités : Fleuron St Jean, maraude de Boulogne et même d’autres organismes comme les Restos du Cœur et même le SAMU Social de Paris ! C’est l’occasion de créer un vrai lien d’amitié et de soutien dans l’effort. Cette réactivité de notre part a été rendue possible par un afflux de bénévoles depuis le 18 mars. J’ai actuellement 94 bénévoles disponibles, dont un tiers « d’anciens », un tiers fourni par les Jeunes de l’Ordre de Malte, et un tiers de personnes nous connaissant peu ou pas mais ayant entendu dire par le bouche-à-oreille (mairie, paroisses…) que l’Ordre de Malte France poursuivait ses activités. Malgré les risques encourus, les maraudeurs sont enthousiastes et  très conscients de leur utilité. Touchés par la gratitude de nos frères plus démunis, ils demandent tout de suite quand ils peuvent tourner à nouveau… Tous ont signé notre charte associative et un acte de volontariat. »

Bilan de l’activité du 18 au 30 mars dans le 15ème arrondissement à Paris

  • 20 maraudes alimentaires
  • 970 repas livrés
  • 917 personnes aidées
  • 57% des bénévoles ont moins de 33 ans
30.03.2020 à 07H36

Protéger nos résidents en prenant soins des plus fragiles

L’Ordre de Malte France gère plusieurs établissements sanitaires et médico-sociaux en France. Parmi ces structures, l’OMF compte plusieurs EHPAD, avec des publics particulièrement vulnérables face au coronavirus.

Christine HEEMERYCK, Directrice Adjointe à la Direction des Établissements de l’Ordre de Malte France, a pris quelques minutes pour rappeler dans cette interview à télécharger le formidable travail de nos équipes mobilisées pour prendre soins des plus fragiles. 

AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS, RÉPONDONS ENSEMBLE À L’URGENCE DE LA SOLIDARITÉ

play
president

Jean-Baptiste Favatier, Président de l’Ordre de Malte France

COVID-19

Dernière mise à jour 10.11.2020

Assurer la continuité des soins des plus fragiles

Certaines de nos actions sont moins visibles, mais elles sont toutes aussi importantes. L’unité de secourisme de Clermont-Ferrand, composée de 23 bénévoles, s’est par exemple réorganisée depuis la semaine dernière pour assurer des livraisons de médicaments à domicile pour les personnes qui ne peuvent aller en pharmacie.

A situation sanitaire exceptionnelle, réponses exceptionnelles ! Nos bénévoles secouristes ne comptent ni leur énergie ni leurs heures pour prêter main forte aux personnels soignants et sauver un maximum de vies. Aidez-nous à être là où l’urgence nous appelle, grâce à votre don.  

 

07.04.2020
à 07H10

La vie continue dans nos maisons d'accueil spécialisées

Avec la crise sanitaire, la vie dans nos établissements a été bouleversée. La Maison Notre-Dame de Philerme (Sallanches - 74), spécialisée dans l’accueil et l’accompagnement de personnes adultes atteintes d’autisme, nous partage quelques nouvelles. Anticipation et adaptation sont plus que jamais les mots d’ordre !

Une mise en place progressive des directives nationales

Les directives nationales ont été mises en place par étape : suspension de l’accueil temporaire d’abord, puis de l’accueil de jour, et enfin confinement (modification des activités, sorties extérieures limitées à 2 puis 1 km…). La vie est recentrée sur trois lieux : les appartements, les salles d’activités et la cour extérieure (sport). Les résidents sont regroupés par appartements – toujours les mêmes – et restent avec le même professionnel toute la journée. Les règles d’hygiène sont bien sûr respectées. Tous les matins, les personnels se désinfectent les mains, enfilent un masque, prennent leur température, et mettent des gants pour les soins et la toilette.

Le lien indispensable avec les familles

La moitié des résidents sont retournés chez leurs parents. Le lien est maintenu par des mails, des visioconférences et des appels téléphoniques plusieurs fois par semaine, pour des conseils, des suggestions d’activités, du soutien psychologiques, éducatif et médical si besoin. Les autres familles ont fait le choix de laisser leur enfant dans l’établissement, sans possibilité de retour ou de visites le weekend durant toute la période du confinement. Elles sont, elles aussi, contactées régulièrement pour des nouvelles et des photos leur sont envoyées.

Une vie quotidienne bouleversée

« Il a fallu modifier toutes les activités, explique Loïc Surget, directeur de la Maison Notre Dame de Philerme. La psychologue a fait un gros travail avec toute l’équipe sur la communication, pour établir de nouveaux programmes, pictogrammes, agendas et éphémérides. Nos professionnels ont pris le temps de bien expliquer aux résidents tous les changements, pour anticiper de possibles troubles du comportement ou régressions. Je remarque une fois de plus leurs vraies capacités d’adaptation, tout se passe bien pour le moment ». Cette période est l’occasion d’innover, de participer plus à la vie de la Maison (jardinage, tri et pliage du linge, nettoyage des véhicules…) ou encore de (re)découvrir de nouvelles activités : gymnastique douce, atelier esthétique, théâtre adapté, jeux, roller, trottinette, trampoline, etc.  

 

04.04.2020
à 11H00

Train sanitaire : « Donner le meilleur de nous-mêmes, pour eux »

Roch, 19 ans, bénévole secouriste à l’Ordre de Malte France et brancardier, était dans le TGV médicalisé qui a convoyé ce mercredi les malades du Covid-19 vers les hôpitaux bretons. 

Son portrait et le résumé de sa journée ici, dans le Télégramme : https://www.letelegramme.fr/dossiers/larrivee-des-trains-covid-19-en-bretagne/train-sanitaire-roch-19-ans-un-brancardier-au-coeur-du-dispositif-01-04-2020-12534537.php

Nos brancardiers portent les malades les plus fragiles, portez leur action avec un don.

03.04.2020
à 13H00

Un formidable élan de solidarité s’est levé : pour prendre soin des plus fragiles, soutenez-le vous aussi !

Vous le savez, la pandémie de Covid-19 et le nombre de personnes touchées se sont encore aggravés ces derniers jours. Les sans-abri sont les premières victimes collatérales du coronavirus. A l’Ordre de Malte France, grâce à la mobilisation de nos bénévoles, nous maintenons notamment nos maraudes afin de leur apporter des repas, des kits d’hygiène et de soin. Toutes les formes de solidarité sont aujourd’hui nécessaires pour faire face à la crise : l’engagement bénévole, comme nous le rapporte Tanguy de Parcevaux, délégué dans le 15ème arrondissement, mais aussi votre don. Par exemple, avec un don de 150€ (soit 37,50€ après déduction fiscale), vous rendez possible 3 jours de maraudes.

Je fais un don d’urgence

Témoignage de Tanguy de Parcevaux, délégué de Paris XV :

« Le lundi précédant le confinement, à la demande des autorités, nos maraudes habituelles dans le cadre du SAMU Social 75, ont été stoppées. Etant donné la gravité de la situation, nous avons décidé en accord avec les autorités de faire une maraude test le mercredi 18 mars. Nous avons réalisé que, tout s’étant arrêté, les personnes de la rue avaient faim et que nous devions adapter notre activité habituelle. Dès le dimanche suivant, nous avons mis en place une maraude alimentaire quotidienne véhiculée, puis deux à partir du lundi suivant (départ à 9h et à 18h). Avec l’aide des commerçants de proximité, nous récupérons tous les jours les invendus. Des entreprises de l’alimentaire nous ont même expédié gratuitement des centaines de sandwichs ! Nous stockons ces denrées dans les frigidaires mis à notre disposition par la Mairie du XVème. La générosité de nos bienfaiteurs est telle que nous avons pu en faire bénéficier d’autres activités : Fleuron St Jean, maraude de Boulogne et même d’autres organismes comme les Restos du Cœur et même le SAMU Social de Paris ! C’est l’occasion de créer un vrai lien d’amitié et de soutien dans l’effort. Cette réactivité de notre part a été rendue possible par un afflux de bénévoles depuis le 18 mars. J’ai actuellement 94 bénévoles disponibles, dont un tiers « d’anciens », un tiers fourni par les Jeunes de l’Ordre de Malte, et un tiers de personnes nous connaissant peu ou pas mais ayant entendu dire par le bouche-à-oreille (mairie, paroisses…) que l’Ordre de Malte France poursuivait ses activités. Malgré les risques encourus, les maraudeurs sont enthousiastes et  très conscients de leur utilité. Touchés par la gratitude de nos frères plus démunis, ils demandent tout de suite quand ils peuvent tourner à nouveau… Tous ont signé notre charte associative et un acte de volontariat. »

Bilan de l’activité du 18 au 30 mars dans le 15ème arrondissement à Paris

  • 20 maraudes alimentaires
  • 970 repas livrés
  • 917 personnes aidées
  • 57% des bénévoles ont moins de 33 ans

01.04.2020
à 13H35

Protéger nos résidents en prenant soins des plus fragiles

L’Ordre de Malte France gère plusieurs établissements sanitaires et médico-sociaux en France. Parmi ces structures, l’OMF compte plusieurs EHPAD, avec des publics particulièrement vulnérables face au coronavirus.

Christine HEEMERYCK, Directrice Adjointe à la Direction des Établissements de l’Ordre de Malte France, a pris quelques minutes pour rappeler dans cette interview à télécharger le formidable travail de nos équipes mobilisées pour prendre soins des plus fragiles. 

30.03.2020
à 07H36